mercredi 25 juin 2014

Howard Fast


Howard Fast
Gallmeister, 2014
304 pages

Résumé : 1878. Les Indiens cheyennes sont chassés des Grandes Plaines et parqués en Territoire indien, aujourd’hui l'Oklahoma. Dans cette région aride du Far West, les Cheyennes assistent, impuissants, à l'extinction programmée de leur peuple. Jusqu'à ce que trois cents d'entre eux, hommes, femmes, enfants, décident de s'enfuir pour retrouver leur terre sacrée des Black Hills. À leur poursuite, soldats et civils arpentent un pays déjà relié par les chemins de fer et les lignes télégraphiques. Et tentent à tout prix d'empêcher cet exode, ultime sursaut d'une nation prête à tout pour retrouver liberté et dignité.


Mon avis



Un grand merci à Babelio et Gallmeister pour ce partenariat qui m'a permis de découvrir un petit épisode de l'histoire américaine


Cette année, j'ai décidé de lancer un challenge Western afin de découvrir des auteurs peu connu et découvrir de façon littéraire un monde que je connais à travers les films que je regardais dans ma prime jeunesse. Ce roman est le premier que je lis pour ce challenge.

Edité pour la première fois en 1941, ce texte n'a absolument pas vieilli. Howard Fast nous emmène dans un monde où les peuples indiens semblent avoir été pacifiés, mais…
Les américains ont donné à chaque peuple indien une terre sur laquelle ils peuvent vivre. En ce qui concerne les cheyennes de ce livre, ce territoire se situe plusieurs centaines de kilomètres au sud de leurs terres d'origine. Il n'y fait donc pas le même climat. Les terres sont plus sèches. Ce territoire est géré par des quakers chargés d'y faire respecter la loi américaine, de nourrir les indiens… Cependant, les rations sont tellement maigres que les indiens ne peuvent pas manger à leur faim. Lorsque les cheyennes décident de rejoindre leur ancien territoire, les quakers n'ont d'autre choix que de faire appel aux militaires.
Mais, ce que montre ce livre, qui est un ouvrage très documenté, qui retrace le fil réel des évènements, c'est l'incompréhension des américains face au "déménagement" des indiens, leur incapacité à gérer dans le calme les évènements… A cette époque, la peur de l'indien était omniprésente et la population avait tendance à exagérer leurs actes.


En conclusion : roman très document sur un épisode particulier des problèmes entre indiens et américains. Superbe.




1 commentaire:

  1. Les éditions Gallmeister font vraiment de très très bons livres ! :)

    RépondreSupprimer